En attendant le jour J

Est-ce que vous connaissez la magnifique Liz du blog Cotton & curls ?

Si vous n’avez jamais visité son site, je vous y encourage vivement. Non seulement parce qu’elle est douée et qu’elle fait des DIY de fou mais en plus elle est belle ! Son blog est une véritable source d’inspiration pour les couturières qui veulent se débrouiller sans patron.

Elle travaille beaucoup le jersey ce qui n’est pas la matière la plus simple à manipuler… Mais cela se rapproche beaucoup de ce que l’on peut trouver dans le commerce et c’est très facilement adaptable à toutes les morphologies.

Il y a un mois, Liz a décidé de présenter sa garde-robe de maternité qu’elle s’est principalement (voire entièrement) constitué de ses propres créations. Pratique quand on voit le rapport prix/durée d’utilisation/rentabilité…Elle a la gentillesse (et le courage!) de partager 30 DIYs de robes, leggings, tops, qui prennent entre 30 minutes et 2 heures maximum. Plusieurs fois dans la semaine, Liz nous fait oublier que le jersey n’est pas facilement domptable et nous éblouit par sa beauté et la simplicité de ses créations, et tout ça sans patron. Le seul hic : le blog est en anglais (Liz est américaine) et il n’y a pas de traduction possible mais rassurez-vous les quelques schémas présents sont suffisamment clairs pour comprendre la démarche à suivre.

Aujourd’hui, je vous présente un modèle de robe près du corps en haut et froncé pour la partie du bas que j’ai réalisé pour mon amie Violette enceinte de 7 mois.

DSC_0556

Le rattachement des fronces et du top doit se faire juste au dessous de la poitrine pour ne pas gêner ou serrer la jolie courbure du ventre. Quelques modifications ont été apportées par rapport au modèle initial : Violette souhaitait des manches plus courtes et une longueur juste au dessus du genou. J’ai donc fait un peu au hasard en ajustant un bout de mon jersey à l’emmanchure à tâtons jusqu’à faire un tour complet plus quelques centimètres pour avoir une valeur de couture correcte sous la manche et histoire de ne pas saucissonner le bras non plus.

DSC_0564

DSC_0562

DSC_0568

DSC_0558

Si toutefois vous avez encore peur de vous jeter à l’eau avec cette matière, Deer and Doe vous prodigue quelques conseils pour bien choisir son jersey. Sa nouvelle collection, du même nom, étant composée de patrons spéciaux pour le jersey. Delphine du très bon blog Au fil de la Lune fait également part de petites astuces pour amadouer la bête. Le seul petit conseil que je peux vous apporter, c’est d’éviter d’utiliser du biais pour vos bandes de propreté (à part pour l’ourlet éventuellement), utilisez plutôt un bout de jersey lui-même pour éviter de trop rigidité les ouvertures et perdre l’aisance que l’on cherche justement à avoir avec ce tissu. Les coutures ne sont pas parfaites (maudit jersey !) mais la robe a fait une heureuse.

DSC_0569

La veste Eagle de Vanessa Pouzet

Veste Eagle

Voici la 3ème réalisation issue d’un patron Vanessa Pouzet : la jolie veste Eagle et ses pans virevoltants. Ce patron est sorti en Octobre dernier et je ne la vois que maintenant fleurir de plus en plus un peu partout sur les réseaux sociaux et les blogs, comme une bombe à retardement.

Encore une fois, je ne le dirai jamais assez, j’adore ces patrons ! Je note quand même une évaluation du niveau de difficulté un peu trop basse par rapport à la difficulté réelle : en effet, elle est notée 2/3 seulement, alors que les dernières étapes sont cousues avec les pièces à l’intérieur de la veste sur l’envers et il y a des points assez techniques. Oui, vous l’aurez compris : j’ai galéré ! Pour celles qui ont fait ce patron ou qui le connaissent, les étapes 5 et 6 m’ont donné du fil à retordre, et j’ai dû mis reprendre à plusieurs lectures avant d’être certaine de coudre au bon endroit. Je n’ai découvert qu’à la fin de la couture que By Sandra Hand avait fait un pas à pas(Damn it!)  ce qui aurait m’éviter quelques craquages nerveux et arrachages de cheveux.

Mais je suis particulièrement fière du résultat et je me félicite d’avoir être aussi patiente avec ce projet (oui, des fleurs et encore des fleurs pour moi, ahahah !!!!). Tout est caché par une doublure, donc le souci de propreté des finitions est plus léger (ça ne vous autorise pas quand bien même à bâcler l’intérieur), le rendu est nickel !

DSC_0528

Pour celles qui se posent la question, il est possible de faire soi-même des pinces à l’intérieur de la veste pour un rendu plus cintré au niveau du dos. Je ne l’ai pas fait ici mais peut être pour une prochaine réalisation je me laisserai tenter.

DSC_0526

J’ai réalisé cette veste dans un lainage chiné bordeaux et l’intérieur en tissu doublure noir trouvés chez Toto tissu. Elle risque d’être un peu chaude pour la saison (quoi que?) mais j’aurai grand plaisir à la porter cet automne également. J’ai préféré la version courte à la version longue qui est très joliment présentée dans le blog de Vanessa qui ne m’aurait pas forcément mis à mon avantage (et bien oui, je ne suis pas très grande et j’avais peur de faire plus large que haute). Je la porte ici avec la chemise Béa précédemment aperçue ici.

A tout bientôt !

DSC_0520

DSC_0522DSC_0535

DSC_0521

La chemise Béa – Défi couture


DSC_0540
Voilà un long moment que je n’avais pas repris le défi mais c’est tellement dur de s’y tenir, j’ai envie de coudre un milliard de choses en même temps et j’ai très peu de temps pour le faire ou jamais la longueur du tissu en tête quand j’en trouve un qui me plait… Bref, il faut que j’y remette bien comme il faut pour le finir à temps (bel espoir…)

DSC_0542

Il y a une chose importante également que je n’avais pas réalisé en commençant ce défi : les modèles du livre Un été couture ne sont pas tous fait pour moi ou ne me plaisent pas forcément tous. Certes, l’un des atouts d’une couturière c’est de pouvoir arranger à sa sauce un vêtement. Mais je n’en suis pas encore à ce niveau là.

J’ai tenté le coup ici, avec la chemise Béa qui est à la base une robe chemise, chose que je ne me voyais pas du tout porté comme tel. Quitte à se faire quelque chose, autant que ça me plaise et que je le porte. Les chemises, j’adore ! J’en mets beaucoup avec des shorts, des jupes ou bien accessoiriser pour casser le côté masculin (surtout quand j’avais les cheveux courts). L’arrangement dans ce cas a été de raccourcir la robe. Vous pouvez me dire que je ne me suis pas foulée, certes, mais c’était un bon début d’expérimentation.

Pour cette chemise, j’avais envie d’un motif simple, plus passe-partout que ce avec quoi vous m’aviez aperçu jusqu’à présent. Un tissu noir et blanc à carreaux, jusqu’ici rien de transcendant. L’ennui avec les carreaux c’est le raccord. Point technique qui peut donner des sueurs froides à plus d’une couturière ! Mais avec un peu de patience et de précisions on peut s’en sortir.

DSC_0546

Voici quelques petites astuces pour y parvenir :
– Le plus important est la partie avant la découpe : dans un premier temps, épinglez votre tissu plié en deux, au même niveau dessus et dessous. Pour cela, aidez vous des motifs (ligne, carreaux, oiseaux, etc). Puis, vos pièces dos et devant doivent être placées à la même hauteur sur votre tissu : repérez un point de votre patron qui se situe au même niveau pour le devant et pour le dos comme par exemple, le point le plus haut de votre épaule dos et devant côté col.

– Au niveau des pattes de boutonnage, n’hésitez pas à ne pas respecter l’emplacement exact de votre patron (dans la mesure du raisonnable et en ayant prévu des valeurs de couture plus grandes évidemment). Mesurez la hauteur et la largeur d’un carreau afin d’obtenir la même chose lorsque vos pièces de devant se superposent.

– Avant de coudre le dos et les devants par les épaules, épinglez vos deux devants ensemble comme si la chemise était fermée, puis envers contre envers épinglez votre devant et votre dos.

– Soyez très très précise pour les boutonnières et les boutons. Un poil trop haut ou trop bas et la ligne dévie, ça fait moche, vous allez vous apitoyer sur votre sort et tout jeter alors que vous étiez si près du but (allez avouez, on est tous pareils !)

– Enfin, pour l’ourlet du bas de la chemise, restez vigilantes une dernière fois (oui des fois, on s’emballe au moment de la fin, hâte de porter le vêtement, et du coup, carnage au niveau des finitions !)

DSC_0539

Bon, je l’ai joué petit bas, je n’ai fait le raccord que sur le devant du modèle. Il est possible de raccorder sur les côtés et au niveau des épaules mais ce modèle très évasé ne s’y prêtait pas.

J’espère que ces quelques conseils vous seront utiles pour votre prochaine création.

A bientôt !!

DSC_0547

Rendez-vous sur Hellocoton !

Sweat Jagua en ananas doré

DSC_0476

Enfin un patron de sweat !! JOIE IMMENSE !! Et en plus, il est vraiment simple ! Youhouuu, trop chouette. Je vais pouvoir en faire des milliers !!!! Merci Blousette Rose pour ce joli Sweat Jagua.

Mouais… Ca c’était avant que je ne découvre le point technique du patron : coudre un bord de côte.

Qu’est ce qu’un bord de côte ? Comme son nom l’indique, il s’agit d’un tissu extensible qui borde certains de nos vêtements du genre les sweats, certaines vestes façon teddy, etc. Pour le coudre, ce n’est pas sorcier il faut juste tirer comme une malade sur la bande de tissu réservée à cet effet et tomber pile-poil sur le périmètre exact de votre encolure. FA-CILE (…) !?

Pourquoi faire ? Pour éviter que votre col ne remonte comme une cheminée autour de votre cou d’où son appellation « effet col cheminé ». (Pour vous donner une représentation, imaginez un tee-shirt en coton blanc tout simple, gagné lors d’une compèt’ de tir-à-l’arc à Luzenac en 1995 et lavé et re-lavé depuis encore et encore, ça vous parle ?)

Evidemment, je me suis trouvée dans la situation où malgré avoir tiré et recommencé plusieurs fois, le bord de côte ne coïncidait toujours pas avec mon encolure… Damn it ! J’ai donc décidé de recouper un bout du tissu sweat plus grand et de coudre au fur et à mesure. Le rendu n’est pas parfait mais avec un bon coup de fer à repasser ça passe. Pas de souci en revanche au niveau des poignets et du bas du sweat.

DSC_0495

DSC_0493Alors je ne sais pas si ça peut venir du tissu (Molleton A nana’s fabric, Aime comme Marie) qui n’est pas aussi extensible qu’un vrai bord de côte (oui, j’ai découvert que les bords de côte peuvent s’acheter au détail en mercerie, regardez par ) ou si c’est vraiment ma machine ou ma technique qui n’est pas bonne, voire même le modèle qui est fait ainsi, quoi qu’il en soit, le prochain sweat sera fini avec un vrai bord de côte pour sûr !

 A bientôt !!

N.B : pour un 38, je n’ai eu besoin de 150m de tissu et encore il m’en reste.

DSC_0478
DSC_0483

Rendez-vous sur Hellocoton !

Marthe-l en tête

Marthe, marthe, marthe, partout, tout le temps, à toutes les sauces et sous toutes les coutures, ce patron PDF de la République du Chiffon a fait vraiment le buzz ces derniers mois dans la blogosphère de la couture. Et c’est biensûr 10 ans plus tard que je m’y suis mise. Je n’avais plus qu’elle en tête, je voulais moi aussi ma Marthe. Cette blouse est si simple, si féminine, si baby-doll, IMPOSSIBLE d’y résister.

C’est dans le tissu Sparkle Tangerine d’Atelier Brunette que j’ai décidé de la couper.

Géraldine suggérait une fermeture éclair dans le haut de l’assemblage du dos, j’ai préféré un simple bouton pour garder l’ouverture du dos.

Aucun souci technique particulier : même la bande de propreté est très bien expliquée dans le blog de la République du Chiffon.

Juste une remarque pour la prochaine Marthe: la faire une chouya plus ceintrée en enlevant 3 bons centimètres de chaque coté. A part ça, j’aime toujours autant la RDC ! Vivement que je m’attaque à la veste Bernadette et au pantalon Jacques quand j’aurais du temps.

Aujourd’hui, c’est un autre type de présentation de ce projet que je vous propose. J’ai voulu essayer de voir ce que cela donnait en vidéo pour changer un peu. J’espère que cela vous plaira !

Bonne journée à vous !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je me suis faite tout(e) petit(e) devant une poupée

DSC_0370Une poupée qui a déjà deux ans cette année… Waou ! On entend souvent les parents le dire, mais c’est vrai qu’à cet âge là, le temps file à une vitesse incroyable !! A peine ils marchent, et qu’ils savent déjà le nom de tous les animaux de la jungle ET de la ferme et comprennent comment fonctionne un Ipad (#minigeek).

Etant donné que je ne lui avais rien cousu depuis Noël dernier, je me suis dit que pour son anniversaire, cette année, au lieu de lui acheter un jouet qui serait instructif, beau, bon marché et ludique à la fois, avec lequel elle jouerait 5 minutes puis s’éclaterait avec le carton d’emballage, j’allais lui coudre quelques petits trucs.

DSC_0373

DSC_0376

DSC_0371

Pour cela, j’ai utilisé un livre de patron de couture : Petites filles modèles de Yuki Arai. C’est un des premiers livres de patron que j’ai reçu en cadeau il y a quelques années. J’avoue, je ne m’en étais pas encore servi pour la simple et bonne raison que je n’en avais pas eu l’occasion. Les modèles vont de 90 à 130 cm et conviennent à des petites filles entre 2 et 8 ans.

J’ai réalisé deux des patrons présentés dans ce livre : une jupe à pli, en liberty doublée coton, en 90 cm (un peu peur que ça soit trop petit) et une chemise à double col blanche et grise en 110cm pour être sûre d’avoir un peu de marge pour le reste de l’année. Au pire c’est trop petit, ça servira aux vraies poupées !

DSC_0389

Jupe à plis Yuki AIRA

Niveau difficulté de réalisation : simple mais je trouve que les explications n’étaient pas très claires par moment. Peut-être que cela venait du format de présentation où les explications sont toutes à la fin du livre sur deux pages seulement par modèle. Concises, quelques schémas, on arrive quand même à se dépatouiller avec, mais elles ne sont pas forcément simples pour des débutantes.

Niveau finition : rien à redire si ce n’est le biais au niveau du double col. J’aurais aimé trouver une autre solution pour éviter l’effet « boudin ».

Le rendu correspond tout à fait au thème de ce livre : des vrais habits de petites filles modèles. Manque plus que les couettes et elle est parée pour jouer dans la cour de la maternelle !

Bonne journée à vous !

DSC_0383

DSC_0387

DSC_0385

La cape Vanessa Pouzet

DSC_0343

Bonjour à tous !

Et bonne année 2015 par la même occasion ! Oui oui, il n’est jamais trop tard (ni trop ridicule…ahem…) de souhaiter la bonne année un 27 janvier en France. Dès les premières lueurs de 2015, la blogosphère s’est remplie de créations toutes aussi jolies les unes que les autres (il y en a qui ont bien bossées ces vacances) et de bonnes résolutions en tout genre. Pour ma part, je suis légèrement (voire même carrément) à la bourre de ce côté-là (ça doit être le quart d’heure toulousain qui me joue des tours). Les vacances de Noël se sont un peu trop prolongées sur le blog et elles continuent encore avec ce post puisque je vous présente aujourd’hui le cadeau de Noël fait pour ma Maman et terminée début Janvier (oui bon ça va ! Mieux vaut tard que jamais).

Cape Vanessa Pouzet

Il s’agit de la cape Trendy, patron Vanessa Pouzet, un régal comme la dernière fois et tout aussi désopilant ! J’ai utilisé un lainage gris clair de chez France Duval-Stalla doublée d’une polaire bleue nuit parce que j’ai une Maman très frileuse (et sujette au syndrome de Raynaud par dessus le marché si vous voulez tout savoir). Le modèle est vraiment accessible aux débutants et se réalise assez vite.

DSC_0347 Cape Vanessa PouzetLa cape se porte avec ou sans ceinture. Personnellement, je préfère ceinturer pour affiner la silhouette et éviter de se la prendre dans le visage toutes les 5 minutes par vent d’autan. DSC_0345

Pour finir, je vous souhaite à tous une année remplie de réalisations couturesques. J’espère pour ma part réussir à me tenir à ma résolution de 2014 c’est-à-dire de finir mon défi couture en Avril !!

A tout bientôt

DSC_0354